Impact

Nous croyons au pouvoir et au potentiel des jeunes pour créer des solutions à certains des défis les plus urgents de notre époque. Animés par cette conviction, nous donnons aux jeunes les compétences et les outils nécessaires pour créer un changement positif vers des institutions et des services publics plus responsables, ouverts et inclusifs.

Le modèle d’impact de CERC n’est pas un modèle caritatif traditionnel.

  • Nous forgeons des partenariats puissants avec les jeunes, les communautés, les organisations de la société civile et les donateurs.
  • Nous palidons pour débloquer les financements et la volonté politique au plus haut niveau, tout en innovant pour fournir et étendre des solutions inclusives axées sur les plus marginalisés.

Ce modèle a permis d’obtenir des résultats probants en termes d’impact.

Impact : des résultats sur le terrain

À Kinshasa et au Sud-Kivu, nous proposons des solutions novatrices et mettons à l’échelle les initiatives les plus efficaces pour promouvoir la redevabilité dans la prestation des services publics. En voici quelques exemples :

  • Nous avons créé 54 clubs d’intégrité et formé directement 810 élèves (âgés de 14 à 19 ans), en leur fournissant des compétences et des ressources pour surveiller la livraison services éducatifs au sein de leurs écoles et pour plaider avec les autorités éducatives pour améliorer les services et les infrastructures déficients.
  • 396 élèves inclus 44 élèves à risque d’exclusion ont été habilités à devenir des moniteurs et à exprimer en toute confiance les préoccupations et les besoins de leur école, ainsi qu’à influencer les décisions.
  • Nous avons formé 106 enseignants et 53 chefs d’établissement de 54 écoles secondaires au Sud-Kivu, en leur fournissant des ressources et des compétences pour combattre l’inefficacité et la corruption dans les services éducatifs.
  • Le plaidoyer méné par les jeunes moniteurs a permis de résoudre 33% des problèmes identifiés (notamment en ce qui concerne les salles de classe et les toilettes inadéquates, le manque d’eau à l’école, le mauvais états des infrastructures scolaires,…).
  • En reconnaissance de l’impact du projet, les autorités éducatives ont accepté que les Clubs d’Intégrité soient déployés dans toute la province du Sud-Kivu.

Impact : Un changement à grande échelle

Extension des « Clubs d’intégrité » dans une province supplémentaire.

En 2021, CERC a mobilisé 858 942 dollars américains pour créer et soutenir 100 Clubs d’Intégrité dans la ville-province de Kinshasa et maintenir 50 Clubs d’intégrité existants au Sud-Kivu, afin de doter à 2,250 jeunes élèves repartis dans 150 écoles secondaires, les compétences et les ressources nécessaires pour suivre la mise en oeuvre de la Stratégie sectorielle de l’éducation et de la formation 2016-2025 de la RDC dans 6 municipalités du Sud-Kivu et 6 municipalités de Kinshasa, dans le but de garantir que les élèves, en particulier les filles, reçoivent des services éducatifs de qualité, inclusifs et équitables.

Plan pour 2022 :

  • Création de 150 clubs d’intégrité et de 150 Clusters de l’éducation dans des écoles secondaires sélectionnées à Kinshasa et au Sud-Kivu.
  • Formation de 2250 élèves (14-19 ans) pour qu’ils deviennent des agents actifs du changement positif, capables de promouvoir l’intégrité et d’exiger que les réformes de l’éducation répondent à leurs besoins.
  • Travailler en étroite collaboration avec 10 parlementaires, 50 hauts fonctionnaires de l’éducation et 6 ONG pour intégrer les mesures et les protocoles de la lutte contre la corruption et de la transparence dans le secteur de l’éducation.

Consultations avec les acteurs de l’éducation au Sud-Kivu et à Kinshasa

Bien que la corruption et le manque de responsabilité dans les secteurs public et privé soient un phénomène bien connu, la question de savoir si les gens en parlent ouvertement ou non dépend significativement de sources d’information fiables.  En 2021, nous avons mené une série des recherches afin de produire une stratégie de référence pour façonner le changement des politiques et stimuler le débat sur les questions de corruption et de la redevabilité.

CERC aux états généraux de lutte contre la corruption

En Octobre 2021, CERC a participé aux États généraux de lutte contre la corruption, organisés par le ministère de la Justice. Ces assises organisées dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’Appui à la lutte contre la corruption en République démocratique du Congo visaient à faire un diagnostic complet de l’état des lieux de la lutte contre la corruption en RDC, à créer un consensus sur les actions prioritaires à mener et les réformes à entreprendre pour parvenir à une réduction significative et durable de la corruption en RDC et à définir les modalités de mise en œuvre ainsi que les mécanismes de suivi desdites assises.

Invité en tant qu’expert, CERC avait abordé dans sa présentation, les questions liées à la prévention de la corruption plus particulièrement sur son approche de renforcement de l’intégrité publique, l’utilisation de la technologie dans la promotion de la transparence et la redevabilité dans la prestation des services publics ainsi que l’introduction d’un cours d’éducation à l’intégrité dans les écoles. Les formulations de CERC ont été jugées pertinentes et ont été incluses dans la stratégie nationale de lutte contre la corruption.