Enquête sur la perception de la corruption par les ménages

En mai 2017, le CERC a présenté les résultats de sa première enquête sur la perception de la corruption par les ménages, qui a sondé les citoyens à travers le Sud-Kivu sur leur perception de la prévalence de différents types de corruption et leur niveau de connaissance des initiatives et institutions de lutte contre la corruption.

L’enquête a révélé que seuls 15 % des personnes interrogées pensent que la corruption est la principale priorité à traiter dans le Sud-Kivu, et 56,9 % des personnes interrogées pensent que la corruption est très grave. Cependant, malgré ce taux faible, 33% des personnes interrogées ont signalé une augmentation de la prévalence du népotisme. En outre, bien qu’il existe une intolérance générale à l’égard de la corruption, 70,1 % des personnes interrogées étant d’accord pour dire que la corruption doit être éliminée, certains types de corruption continuent d’être tolérés, comme les cadeaux de remerciement aux enseignants et aux médecins. L’enquête a également révélé que les citoyens sont peu disposés à signaler les cas de corruption et qu’ils connaissent mal les principales institutions gouvernementales responsables de la lutte contre la corruption.

Pour combler ces lacunes, CERC s’efforce de sensibiliser le public à l’intolérance à l’égard de la corruption et de renforcer la surveillance et le signalement publics.

Consultez notre rapport sur la perception de la corruption par les ménages.

L’ODD Impacté: