L’intégrité contre le conflit et l’extrémisme violent

Les institutions internationales, les gouvernements, les donateurs, les travailleurs humanitaires et les artisans de la paix doivent prendre conscience que la corruption a un coût très élevé pour la société, mais surtout dans les régions instables, en empêchant le développement d’institutions de gouvernance efficaces. Lorsque l’argent et les ressources dont dispose le gouvernement sont détournés par des fonctionnaires corrompus au lieu d’être canalisés au profit des citoyens, cela peut créer davantage d’instabilité. De cette manière, la corruption, la gouvernance et le conflit sont tous liés.

La corruption et la croissance de l’extrémisme violent peuvent également créer des organisations, telles que l’État islamique RDC- ADF et les groupes rebelles, qui tirent profit de la corruption dans leurs efforts pour recruter et conserver des membres désabusés, alors même qu’elles utilisent des pratiques corrompues pour canaliser des fonds et faire passer des armes, des drogues et des personnes. La corruption peut également affaiblir considérablement les institutions de l’État, les rendant inefficaces face à la menace des groupes extrémistes.

La corruption peut donc créer une atmosphère propice aux crimes et aux conflits pour deux raisons principales : d’une part, elle entretient des circonstances d’impunité qui ne font qu’encourager les crimes et, d’autre part, l’impunité des crimes peut encourager les citoyens à prendre la loi en main pour tenter d’instaurer une justice de la jungle, ce qui pourrait conduire à des conflits et à des crimes.

Notre approche: