Programmes

UN ACCÈS  ET ÉGAL À L’ÉDUCATION DE QUALITÉ POUR TOUS LES ENFANTS

La corruption en République démocratique du Congo est un problème endémique qui entrave sérieusement les activités des institutions dans le pays. Elle imprègne tous les niveaux de gouvernement et tous les secteurs de l’économie, ce qui rend l’investissement à l’éducation parmi les moins compétitives du monde.

L’éducation représente moins de 3% des dépenses publiques, le plus faible en Afrique subsaharienne, et fait de sorte que 56% des jeunes ne fréquentent pas actuellement l’école secondaire.

L’éducation gratuite est un droit constitutionnel en RDC, mais en réalité, le système d’éducation est en grande partie financé par les parents, qui paient des frais de scolarité et des frais y afférents. Une partie de ces frais est supposé servir à la construction et l’entretien des établissements. Or, la plupart des écoles ne satisfont pas aux normes minimales congolaises en matière d’éducation. En plus d’être surchargées, elles manquent de tout : équipement, installations sanitaires, eau courante et matériel pédagogique adéquat. Le personnel est sous-payé (et souvent de façon irrégulière) et généralement peu motivé à la tâche. De plus, peu d’enseignants sont officiellement inscrits au registre de paie du gouvernement, ce qui explique l’importance des frais de scolarité imposés aux parents.

Beaucoup de jeunes en RDC ont encore du mal à atteindre une bonne éducation. Des décennies de guerre civile ainsi que la faiblesse du gouvernement ont dévasté les infrastructures éducatives et les institutions. En conséquence, de nombreux jeunes sont délaissés  et ne parviennent pas à acquérir les compétences dont ils ont besoin pour assurer leur avenir.

Soutenu financièrement par l’Agence Norvégienne de Coopération au Développement «NORAD» et l‘Agence Suédoise pour le Développement International «SIDA» et Integrity Action, CERC s’est donné pour mission de promouvoir «l’intégrité, l’honnêteté et l’égalité» dans le secteur éducatif congolais. En créant des clubs d’intégrité dans les écoles secondaires et en appliquant une approche connue sous le nom  «Renforcement de l’Intégrité au sein des Communautés», CERC championne l’introduction de la «responsabilité sociale dans le secteur éducatif en RDC» qui permettra aux jeunes élèves de se faire entendre. Comme l’a souligné la Banque mondiale, «les mesures de réforme dans le secteur public doivent être axées sur la transparence et la responsabilité, fondées à la fois sur le respect des réglementations et sur la performance».

Dans le cadre des efforts du CERC pour améliorer la réactivité du gouvernement et l’engagement des jeunes en RDC, nous aimerions engager davantage de jeunes élèves dans les années à venir en leur offrant une formation et un soutien technique pour leur permettre de suivre la mise en œuvre du programme. projets et services éducatifs dans leurs propres communautés..